prusse

La légion russo-allemande ( RGL)

La légion russo allemande est au service de la couronne Russe durant l'année 1813-1814 ; elle est à l'origine principalement constituée de prisonniers de nationalité prussienne, toutefois plusieurs nationalités allemandes s'y côtoient.

Quand le tsar Alexandre ordonne la création de la légion fin 1812, il ordonne la levée d'un simple bataillon d'infanterie. L'afflux de prisonniers et de volontaires lui permet de former une force équivalente à une belle division. En effet, la légion comprend au plus fort de ses rangs, 7 bataillons d'infanterie, 1 compagnie de chasseurs équipée de carabines rayées, 2 régiments de hussards, 1 batterie d'artillerie à pied et 2 batteries d'artillerie à cheval. Le tout sera organisé sur le modèle russe, avec des bataillons à 4 compagnies de 140 hommes. Toutefois, les bataillons ne disposant pas de compagnies de grenadiers, ce sont donc 4 compagnies de Mousquetaires. Les régiments de hussards comprennent 4 escadrons de 2 compagnies de 60 hommes, l'artillerie comptera 8 pièces de 6 livres pour 120 artilleurs.

En principe la légion est divisée en deux brigades d’infanterie, une brigade de cavalerie et une réserve d'artillerie. La légion est commandée par le Generalmajor von Arentschildt, officier d'origine prussienne.

Le 16 septembre 1813 elle participe à la bataille de Göhrde et aligne une force de 4 886 hommes et officiers, le second régiment de hussards est absent de la bataille et le 7ème bataillon n'est pas encore levé ; pour la bataille les chasseurs sont incorporés au sein d'un bataillon combiné qui comprend les chasseurs hanovriens de  Kielmannseggs, pour un effectif total de 259 hommes et officiers.

Le 10 décembre 1813 la légion participe à la bataille de Schestedt, elle aligne à ce moment là 4 931 fantassins et officiers, 992 cavaliers et officiers et 250 artilleurs et officiers, soit un total de 6 173 hommes et officiers. La batterie à pied est absente lors de la bataille. La légion fera toute la campagne de 1813 au sein du corps combiné du Generalleutnant Wallmoden-Simborn, général d'origine Autrichienne, qui opéra principalement dans le nord de l'Allemagne, en libérant les villes hanséatiques.

Fin de l'année 1814 la légion est dissoute pour être assimilée à l'armée prussienne, l'infanterie deviendra le 30ème et 31ème régiment d'infanterie, ce qui reste de la cavalerie deviendra le 8ème régiment d’uhlans. L'infanterie de l'ancienne légion aura le privilège de conserver son uniforme, période ou l'armée prussienne s'agrandit en assimilant les anciens streifcoprs et freicorps, toutes les anciennes unités feront la campagne de 1815 avec l'uniforme de la légion.

 

légion russo allemande

 

De gauche à droite : mousquetaire 1er brigade, mousquetaire 2ème brigade, chasseur, officier 1er brigade, plaque de shako de mousquetaire, 2ème régiment de hussard, 1er régiment de hussard, artilleur à cheval

La garde royale prussienne en 1815

Garde royale prussienne en 1815.

 

La garde de 1815 ne ressemble plus à celle de 1814, de nouvelles unités son incorporés ou crées. Les régiments déjà existant ne subissent pas de modification dans leurs organisations, néanmoins les unités de volontaires ne sont plus d'actualité.

l'infanterie et la cavalerie ce renforcent de façon conséquente, une nouvelle brigade pour l'infanterie et une nouvelle brigade pour la cavalerie.

 

l'infanterie:

l'infanterie de la garde double d'effectif entre fin 1814 et début 1815. Création de deux régiments de grenadiers à trois bataillons dont un de fusilier. ces deux nouveaux régiment constituront le corps royale des grenadier de Prusse. ils sont formé à partir d'unité déjà existantes, les bataillons indépendant de grenadier des régiments de ligne

Le 14 octobre 1814 le régiment "Tsar Alexandre" est crée, il est formé à partir des bataillons de grenadiers du leib régiment et du 1er et 2ème régiment de Prusse Occidentale. L'organisation du nouveau régiment est entièrement calquée sur celle des régiments à pied de la garde déjà existants.

le 19 octobre 1814 le régiment "Kaiser Franz" est crée, il est formé à partir des bataillons de grenadiers du régiment de Poméranie, de Silésie et de Prusse Orientale, tout comme le "Tsar Alexandre" son organisation sera calquée sur celui des régiments de la garde à pied.

Une nouvelle unité vient renforcer l'infanterie, le bataillon des tirailleurs de la garde de Neuchâtel. Le 11 juin 1814, le décret de création du bataillon est pris; il comptera environ 400 hommes dans ses rangs et sera commandé par un officier prussien.

Ces nouvelles unités formeront la second brigade d'infanterie de la garde à pied.

 

La cavalerie:

Trois nouveaux régiments vont être crées;tous seront formés à partir de divers escadrons provenant de la ligne. Toutefois le 1er escadron provient du régiment léger de la garde, qui sera donc par conséquence dissous.

régiment de hussards, crée à partir des hussards de la garde et des trois escadrons du régiment de la cavalerie nationale de Prusse Occidentale

régiment de uhlans, crée à partir de l'escadron des uhlans de la garde, de l'escadron des cosaques de la garde et des deux escadrons de la cavalerie nationale de Silésie.

régiment de dragons, crée à partir de l'escadron des dragons de la garde, d'un escadron du régiment de la reine et de deux escadrons du régiment de cavalerie nationale de Poméranie.

La cavalerie sera provisoirement organisée en une brigade de 4 régiments. En juin 1815, la cavalerie sera divisée en deux brigades distinctes, l'une attachée à la brigade de la garde et l'autre attachée à la brigade des grenadiers de la garde.

 

L'artillerie:

L'artillerie va être aussi doublée dans ses effectifs:s'y  ajoute une seconde batterie à cheval. Une nouvelle batterie d'artillerie à pied est aussi crée. La seconde batterie à pied comporte principalement des pièces de 12£ au lieu de la 6£ qui équipe les autres batteries.

 

campagne de 1815, organisation de la garde:

corps de la garde : Duc Carl de Mecklembourg-Strelitz

 Brigade: Oberst von Albensleben

- 1er régiment de la garde à pied (3 bat.)

- 2ème régiment de la garde à pied (3 bat.)

- bataillon des chasseurs de la garde

 Brigade: Oberst von Knobelsdorf

- régiment des gardes du corps (4 esc.)

- régiment des hussards de la garde (4esc.)

 Brigade: Oberst von Natzmer

- régiment Tsar alexandre (3 bat.)

- régiment Kaiser Franz (3 bat.)

- tirailleur de la garde

Brigade: Oberst Laroche von Starkenfels

- régiment des uhlans de la garde (4esc.)

- régiment des dragons de la garde (4esc.)

artillerie : major von Willman

- batterie de 12£ à pied

- batterie de 6£ à pied

- batterie de 6£ à cheval

- batterie de 6£ à cheval.

 

La garde de 1815 n'a plus rien à voir avec celle de la défaite de 1807. Les théoriciens militaires ont su tirer profit des erreurs du passé et ont tirer parti de plusieurs années d'une paix relative pour reforger l'armée prussienne. La garde de la guerre de Libération en est un parfait exemple. Elle fut mise à contribution pour innover en matière de tactiques, mais elle est aussi conçue pour être une nouvelle arme bien plus décisive qu'autrefois. Elle est l'aboutissement d'une nouvelle doctrine, seul le mérite compte pour y entrer, même si certains bénéficient encore de quelques passes droit pour y accéder.

En 1815 elle ne participe pas réellement à la campagne de Belgique. Elle est affectée à l'armée prussienne du Bas Rhin. Elle sera une puissante réserve qui ne sera jamais engagée, toutefois elle occupera Paris lors de la seconde abdication.

 

Lepic

Lützow

  • Par lepic
  • Le 20/04/2016

Disponible dès le 29 avril 10 planches uniformologique sur le freikorps de Lützow accompagné d'un texte français / anglais, sur l'organisation du freikorps et son effectif à la bataille de Görhrde. prix : 9 euro + frais de port

Correction lutzow

×